Entreprendre à côté d’un travail ou des études

S’il y a bien une chose que je trouve absolument motivante, c’est apprendre de l’évolution qu’on pu avoir les personnes qui m’inspirent. Parmi elles, nombreuses ont pour point commun d’avoir osé se lancer à côté de leurs études ou d’un travail avant de pouvoir se consacrer pleinement à leur projet. J’en ai une liste à vous partager (parce que oui, tout est bon à faire des listes. J’adore ça)… mais je vous la réserve pour un peu plus tard.

C’est un bon moyen de commencer ce billet : entreprendre à côté d’un travail ou des études  et lancer un business sur son temps libre est possible – d’autres l’ont fait bien avant, et d’autres le feront bien après.

Alors bien sûr, dire que c’est possible ne suffit pas. Et être convaincue que cela soit l’une des meilleures décisions que pourraient prendre celles ayant l’âme entrepreneure, non plus. Il faut malgré tout réussir à oser se lancer en étant réaliste sur les difficultés qui vont être rencontrées… Mais monter son business, créer sa marque ou lancer sa boite sur son temps libre pourrait être le début d’une vie à laquelle nous aspirons profondément.

Un sujet abordé dans l’épisode 12 du podcast également repartagé sur Youtube au format vidéo.

Le meilleur moment pour se lancer sereinement

Parce qu’il ne s’agit pas de tout lâcher pour monter sa boîte, devenir son propre patron à côté d’une autre activité permet avant-tout de développer son projet sereinement notamment sur l’aspect financier. Une situation qui assure une entrée d’argent suffisante pour les dépenses quotidiennes tout en gérant ses finances de sorte à pouvoir continuer d’investir dans son projet.

Quand aux études, bien que je fasse parties de celles n’étant pas convaincues qu’elles soient indispensables, elles permettent l’obtention d’un diplôme pouvant être, pour certaines, réellement rassurant.

Lire aussi : Devenir décoratrice d’intérieur avec Andréa Sananes

La nécessité d’être passionnée

Un grand classique de l’entrepreneuriat : les difficultés et obstacles qui vont être rencontrés. Ils sont nombreux et arrivent toujours lorsque l’on s’y attend le moins, ou que nous voudrions à tout prix les éviter. En sachant cela, il est essentiel de se questionner sur ce que l’on souhaite réellement faire et apporter aux autres afin que le côté négatif des claques qui vont être prises ne prenne pas le dessus sur ce qui nous guide profondément, ce l’on aime faire, ce que nous voudrions apporter aux autres et sur ce qui nous anime intérieurement… D’autant plus lors d’un premier projet: il devient essentiel de se lancer avec la passion qui permettra de s’investir sans compter.

Dans la cuisine, la mode, la beauté, la déco… les possibilités sont infinies alors apprendre à s’écouter permet d’identifier ce qui peut véritablement nous faire vibrer.

La vision long terme

L’une des choses que je cherche à appliquer au quotidien, quels-que-soient les projets et qui me motive à ne jamais lâcher : la vision long terme. Les techniques de visualisation sont un must du développement personnel et permettent d’identifier bien souvent les raisons qui nous poussent à nous lancer.

Savoir ce que nous souhaitons faire de ce projet : est-ce simplement  un moyen de monétiser sa passion lors de son temps libre ou il y a t’il une véritable vision professionnelle dessus ? Où nous voyons-nous dans 5 ans ? Et dans 10 ?… Les questions à se poser pour identifier ce qui nous guide sont nombreuses et très précieuses pour savoir ce vers quoi nous nous dirigeons.

Lire aussi : Humeur – Revenir

L’optimisation du temps

Ça n’est pas que du cliché : temps = argent. Les journées (et la vie) passent très vite et il est indispensable d’utiliser ce temps dont nous disposons de façon positive et épanouissante. C’est une ressource précieuse qu’il convient de mettre efficacement au profit de notre projet.

Que ce soit en regardant des vidéos de formation au petit déjeuner, en écoutant son podcast préféré dans les transports ou en investissant quelques heures de son week-end… avec l’envie et la détermination intérieure, il y a toujours un bon moyen de continuer d’avancer.

La responsabilisation

Il est grand temps d’arrêter de trouver raisons et excuses pour ne pas se lancer. Et parce que ma mère nous le répétait déjà lorsque nous étions petites : “la peur n’efface pas le danger”. Oser et essayer est le meilleur moyen de ne pas regretter.

Prendre la responsabilité de ce qui nous arrive n’est pas simple, se rendre compte que nous sommes parfois les premières personnes à nous freiner et ne pas (toujours) rejeter la faute sur l’extérieur demande une objectivité parfois culpabilisante… mais elle est essentielle pour réaliser que nous seules sommes aux mains de notre propre destin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aimer
organisation-must-have-girlboss-entrepreneur

Les must-have de Girlboss

Toi aussi tu veux être cette girboss parfaitement équipée ? Nous t’avons dénicher quelques essentiels pour toujours être…